In memoriam: Brussels attacks

> Par Milošević, Ana
   KU Leuven
> Paru le : 28.01.2018

Cet article cherche à formuler des questionnements qui permettent de mieux comprendre comment, à travers la mémorialisation, la société fait face aux actes d’extrême violence. Par exemple, qui est à l’origine des mémoriaux spontanés comme ceux que l’on a vu apparaître après les attentats de Bruxelles ? Quelles significations, quels buts mémoriels leur sont assignés par la communauté de deuil ? À partir des cadres dans lesquels évolue la mémoire collective sur le long terme, il explore certaines initiatives institutionnelles destinées à préserver ces mémoriaux spontanés créés après les attentats de Bruxelles de 2016. Ce travail se fonde sur des observations ethnographiques, des recherches en archives et des interviews avec des responsables locaux, des survivants et des visiteurs se rendant auprès de ces mémoriaux spontanés.

Mots clés : Attentats de Bruxelles, patrimonialisation, mémoriaux spontanés, archivage, mémorialisation, commémoration.

BIBLIOGRAPHIE

Margry, Peter Jan and S.nchez-Carretero, Cristina (eds), 2011, Grassroots Memorials: The Politics of Memorializing Traumatic Death. Oxford, Berghahn.

Milošević, Ana, 2017a, “Remembering the present: Dealing with the memories of terrorism in Europe”, Journal of terrorism research 8 (2), 44-61.

Milošević, Ana, 2017b, “Historicizing the present: Brussels attacks and heritagization of spontaneous memorials”, International Journal for Heritage studies (forthcoming).

Santino, Jack, 2006. Spontaneous shrines and the public memorialization of death, New York, Palgrave Macmillan.

Savage, Kirk, 2009, Monument wars: Washington, D.C., the National Mall and the transformation of the memorial landscape, Berkeley, University of California Press.

Truc, Gérôme, 2016, Sidérations. Une sociologie des attentats, Paris, Presses Universitaires de France.